GNfadingsuns Des Ailes pour un Dieu 2018 Acte II

Bienvenue sur votre Forum Smile

forum du GN des Ailes pour un Dieu

Des Ailes pour un Dieu, Acte II ​ ​ Date et lieu Jeu de rôle grandeur nature les 2/3/4 Novembre 2018 dans le superbe château de Goudourville ( http://www.chateau-goudourville.fr/fr/) Le lieu sera réservé du moment que nous auront les inscriptions de la totalité des joueurs Smile pensez à nous faire de la pub Smile la date butoir est le 30 septembre 2018 ! (mais nous ne sommes pas contre les recevoir avant:) ​ Fading Suns (définition du GROG) Fading Suns (première édition janvier 1996 Smile )est un jeu de science-fiction américain, écrit par d'anciens auteurs de l'écurie White Wolf. Si le style du jeu, et sa présentation, présentent quelques réminiscences du Monde des Ténèbres, ce n'est donc pas un hasard. L'ambiance de Fading Suns est sombre, car le jeu transpose la structure sociale moyenâgeuse dans un jeu de space-opera. Extra-terrestres et haute technologie côtoient noblesse et clergé, dans une ambiance gothique et baroque. La population vit dans la peur et la superstition, et les joueurs incarnent des héros passionnés aux objectifs grandioses. Parmi les inspirations manifestes du jeu, on peut citer "Dune" de Frank Herbert, "La Grande Porte" de Frederik Pohl, ou "Hyperion" de Dan Simmons. Le jeu se déroule au 50ème siècle. Des millénaires plus tôt, l'homme a atteint les confins de son système solaire, et a découvert un immense artefact laissé par une espèce extraterrestre depuis longtemps disparue, les Annunaki. Il s'agissait d'un Portail (Jumpgate), qui permit à l'humanité de s'étendre à travers les étoiles et de coloniser des systèmes autrement inaccessibles. Les vaisseaux envoyés de portail en portail ne tardèrent pas à découvrir d'autres espèces intelligentes, avec qui les terriens eurent tôt fait d'entrer en guerre. La volonté d'indépendance des nouveaux colons, les conflits, les interrogations métaphysiques causées par la découverte d'intelligences extraterrestres, provoquèrent la chute de deux républiques, plusieurs guerres, et l'avènement d'un nouvel ordre social, de structure féodale. De nombreuses connaissances technologiques furent perdues, alors que d'autres étaient mises à l'index par l'Église du Pancréateur, la nouvelle religion de cet âge spatial. La civilisation humaine s'étend sur une fraction seulement de son ancien territoire, une région appelée les "Mondes Connus" qui rassemble une quarantaine de planètes. Certains Portails conduisent au-delà, mais rares sont ceux qui osent les franchir... Au 50ème siècle ap. J-C., l'Empereur régnant s'appelle Alexius, et son avènement a permis de mettre fin aux guerres de succession qui avaient mis à feu et à sang les Mondes Connus pendant plus de deux générations. Mais le pouvoir de l'empereur est fragile, Alexius ayant à imposer sa volonté à de nombreux groupes aux intérêts souvent fort divergents : - Ceux qui gouvernent : La stabilité du trône impérial repose sur l'alliance (ou le statu quo) entre les cinq maisons royales, dont l'origine remonte à la Première République. Hawkwood (la maison dont est issu l'empereur), Décados, Hazat, Li Halan, et al-Malik, ont tous eu par le passé leur heure de gloire, et il ne manque pas de prétendants à une éventuelle succession impériale. Ces nobles règnent en suzerains médiévaux sur leurs mondes, et dans les palais, l'étiquette, les duels et l'amour courtois ont été érigés en règles de vie. Mais le pouvoir de la noblesse n'est pas absolu... - Ceux qui prient : L'Eglise Universelle du Soleil Céleste est l'institution qui a le plus d'impact sur la vie quotidienne au 50ème siècle. Après tout, c'est elle qui a mis à l'index la technologie ! Mais au sein de l'Eglise, on trouve de nombreux ordres, dont les buts et les visions ne concordent pas toujours. Les prêtres peuvent accomplir quotidiennement, grâce à leur foi, des miracles, regroupés sous le terme générique de Théurgie. Chaque ordre a développé sa spécialité : il n'y a pas beaucoup de points communs entre la Fraternité des Armes, l'Ordre eskatonique, ou l'Inquisition... - Ceux qui commercent : Les guildes marchandes sont les héritières des grands conglomérats de la Seconde République. Réunies au sein d'une ligue pour défendre leurs intérêts face au Clergé et à la Noblesse, elles n'en sont pas moins différentes les unes des autres. Chaque guilde a son domaine privilégié, même s'il n'existe aucun monopole, et toutes sont prêtes à tout pour le profit. Leur puissance est telle que l'Eglise Universelle est obligée de tolérer (la plupart du temps) leur utilisation de la technologie. Mais les soucis de l'Empereur seraient légers, s'il n'avait à se soucier que de possibles conflits au sein des Mondes Connus... - Ceux qui sont différents : Le terme de "Xénomorphes" regroupe bien des peuples différents. Certains ont été assimilé par l'Empire, et vivent en plus ou moins bonne entente au milieu des humains, comme les Vorox, ou les Ur-Obun et les Ur-Ukar. Mais l'hégémonie Vao (Vau), immense et technologiquement très en avance sur les hommes, oppose par sa seule existence une ferme limite à l'expansion de l'Empire d'Alexius. Sans parler des symbiotes, ces parasites extraterrestres dont la seule présence sur une planète suffit à transformer celle-ci en champ de bataille... - Ceux qui pillent : Après la diaspora, pendant les années de guerre qui ravagèrent les Mondes Connus, le contact fut perdu avec de nombreuses planètes. Aujourd'hui, les Chevaliers Errants (Questing Knights) d'Alexius en redécouvrent certains, et tous ne sont pas amicaux : le Califat Kurgan, par exemple, semble bien décidé à mettre l'Empire à feu et à sang. Ce bref survol du monde de Fading Suns ne saurait ignorer les menaces dont personne ne veut parler : cultes hérétiques, psis, adorateurs de démons, sectes schismatiques, la liste est longue des ennemis de l'ordre établi... Et, face à l'énigme des Soleils Mourants, les troubles sociaux ne font que prendre plus d'ampleur. Est-ce la fin du monde, une manifestation du Pancreator, ou un phénomène explicable par la science ? Tellement de connaissances technologiques ont été perdues... Le phénomène de la disparition des étoiles constitue le grand mystère du jeu, et rien n'a encore été dévoilé sur ce sujet. ​ Prix, et indications: Comme l année dernière, ce sera 100€ pour les PJS et 50€ pour les pnjs le week-end (en château... Smile ), avec repas du samedi midi, samedi soir et dimanche midi , couchage dans le château ,il faudra penser à gérer les lits car il y a sur site 28 couchage fixe en chambre, donc il va falloir apporter des lits d’appoints . Avec pour format 40/44 joueurs et 10 pnjs (confirmés ayant lut le monde, le scéna et les règles) . Afin d’être sur de pouvoir faire le GN la date de clôture des inscriptions sera le 30 septembre 2018. Ce GN s’adresse à des joueurs versé dans la diplomatie, l’immersion, et l’intrigue. Tout comme l’année dernière, nous voulons préciser que ce sera un GN sans bataille, sans combat de masse avec par contre des duels ☺️ (épée, arme a feu, assassinas...) D’ici la fin du mois de juillet les règles seront mises à jour, nous allons prendre en compte les remarques faites lors du dernier Opus. Ce GN n’est pas la suite de 2017, les nouveaux personnages à incarner sont tout à la fin, car comme les agents infiltrés ont été dévoilés, il n ‘y aurait aucun suspense Smile et nous voulons jouer dans un cadre différent afin de vous permettre de découvrir une autre partie de l’excellent monde de Fading Suns Smile Ce GN va s’axer sur la famille Décados, des précisions vous seront données d’ici peu sur notre site https://plastmasca.wixsite.com/gn-fading-suns et notre forum http://gnfadingsuns.forumactif.org/Afin de répartir les personnages nous allons tout comme l’année dernière vous demander de remplir un google-form. L'organisation ne fournit pas : les costumes (pour un enterrement Décados le noir est requis, chose naturelle chez les Décados Smile ) , les objets fun de jeu, les couverts, assiettes et verres, les armes en latex, les simulations d'armes (pistolet à eau retravaillé afin de donner un look de tueur), les lits d’appoints et les duvets, et vos talents pour danser la valse… Smile l’organisation fournit un historiques complet du personnage avec un portait chinois, la naissance, l ‘éducation... jusqu’au moment du ‘jeu’ , ainsi que les différentes interprétations du personnage par le biais des différents ‘masques’ : en public, en groupe restreint, et devant sa glace. Le cadre de ‘jeu’ est, cette année, l’univers de la famille Décados avec ces codes (moraux et vestimentaires) ... ​ Contexte de jeu: La famille du Duc Sergueï-Dimitri Miloslav Décados vous invite pour une dernière invitation au château de Griffe de Fer. Les années ayant eut raisons du Duc Sergueï-Dimitri Miloslav Décados, mort à l’âge de 103 ans. La Duchesse Dimitria Décados ainsi que ces enfants vous accueillerons lors de ces quelques jours de souvenirs en l’honneur de son mari partit trop tôt, mais ayant eut une vie enviée de tous. Vous connaissiez le Duc pour son humour et son gout des folles soirées, c’est pour cela qu’un grand bal de départ sera célébré, ainsi qu’une partie de chasse sur les terres du Château connut pour être fort giboyeux; tel que ces dernières volontés ont été couché sur son pré-testament. L’inhumation aura lieu sur les terres du Château de Griffe de Fer le dimanche à 11h00 précise, la famille vous attends pour célébrer ensemble le dernier voyage de notre défunt Duc. ​ https://plastmasca.wixsite.com/gn-fading-suns/la-galeriehttps://www.youtube.com/watch?v=Vld9VC75XyMhttps://www.youtube.com/watch?v=xxMkeWD0YYshttps://www.youtube.com/watch?v=r0eF8GvJNgkhttps://www.youtube.com/watch?v=227qY8EbVc0&t=31s les personnages à incarner : ​ La Famille Miloslav Décados la duchesse Ludmilla Miloslav Décados : la femme du défunt Duc. Yorick Miloslav Décados : l ainé du Duc. Katsiarina Miloslav Décados: la seule fille du Duc, son second enfant. Yersov Miloslav Décados : le dernier du Duc. Capitaine du 12ièm bataillon de Hussards ​ La famille proche de filiation non directe, deux branches : ​ la famille Pétrovna-Décados la comtesse Anastasia Pétrovna Décados : elle porte le deuil de son mari. le baron Alexis Pétrovna Décados : le fils aîné de la comtesse Anastasie Pétrovna Décados : la fille cadette de la comtesse ​ la famille Romanov-Décados le comte Alexeï Vassili-Dimitri Romanov Décados : la comtesse Tatiana Xioucha Romanov Décados : la baronne Eudoxie-Anna Romanov Décados : la fille aînée Pavel Anatolie Romanov Décados : le cadet de la fratrie l’Amiral Artiom-Sorge Romanov Décados : le second enfant de la fratrie ​ les suivants : ​ Miloslav Décados : Le « Vieux » Gustav, homme à tout faire de la famille, le bailli de la famille Einrich, le maître d’arme et confident du Duc Loris Belle-Voix, servante et confidente de la Duchesse l’évêque Anselme Hawkwood, le responsable des obsèques ​ le château de Griffe de Fer le capitaine de la garde Jax Na'kaleen, Ur-Ukar le bailli du château, Mark Elsthom le prêtre Dulcinus Xanthippès de l’ordre Amalthéen le responsable de la sécurité électronique, Anaris Sainte-Foi le soldat Temios Van Gelder, héro des Guerres Impériales le soldat Zaldric Masseri dit « le boucher de Drashen», héro des Guerres Impériales le maître veneur du Duc, Aristide Thana ​ la famille Pétrovna Claudius Van Gelder, le sénéchal de la comtesse Maximus Hortense, le capitaine de la garde et fidèle ami de la comtesse Arius le garde du corps de la comtesse Herns Sang Noir, soldat et vétéran de Stigmata, membre des Kosaques Arthius, soldat et vétéran de Stigmata Hérode, Bailli de la comtesse ​ la famille Pétrovna Anna, fidéle servante de la comtesse Haxon, soldat et vétéran des guerres impériales, membre des Kosaques le chevalier Stanislav Dougoï Décados, membre de la garde rapproché du comte Iodora Magnus Mystagogue de l’ordre Eskatonique ​ les invités As Maldiès, membre de la ligue de la Mante Nastia Décados de l’agence Jakovian Micha Décados de l’agence Jakovian Sacha Décados, colonel de la XV ième légion de Hussards Seth Sarnom, membre de la guilde Gentech ​

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

les pénitents

Partagez
avatar
Plast
Admin

Messages : 448
Date d'inscription : 09/04/2013
Localisation : plast_masca@mageos.com

les pénitents

Message par Plast le Mar 28 Mai - 23:01

Fading Suns – La Voie de l’Ame

Par Caedmon – Traduit par Kerk.

Les Nicolatiens :

Dans les années qui suivirent la Chute, le diocèse isolé de la Haute Thulé sur Malignatius vit la naissance d’une des plus célèbres hérésies de l’histoire de l’Eglise. Connus sous le nom de Nicolatiens (d’après le nom de Nicolas, évêque du cru et fondateur du culte), les hérétiques (ou Skotophages) cultivèrent une forme extrême d’anti-matérialisme. De telles croyances, d’après lesquelles l’élément physique est systématiquement corrompu, est une hérésie répandue, mais les Nicolatiens parvinrent encore à développer un peu plus le thème…

Pour les Nicolatiens, l’esprit est conçu par le Pancréateur, ce qui le rend bon et parfait, tandis que le corps est un résidu des Qlippoths, et il est donc mauvais par essence, prison dans laquelle l’esprit est enfermé. La première conséquence de cette doctrine est que l’esprit étant parfait, celui-ci ne peut pécher, à l’inverse du corps. Par conséquent, aucun individu ne peut être pécheur, l’esprit ne pouvant être tenu pour responsable des actes du corps, ce qui mène inévitablement à l’anarchie… Ce credo a tellement marqué les esprits, que mille ans plus tard les Skotophages sont toujours autant présents dans les mentalités.
De même, à l’inverse de l’Orthodoxie, les Skotophages enseignent que l’esprit ne quitte pas systématiquement le corps au moment de la mort. Pour libérer définitivement l’esprit, il faut soigneusement détruire le corps. Seulement, une simple destruction physique est insuffisante (crémations, etc.). Ainsi, pour s’assurer de bannir le démon présent dans les tréfonds de la chair, la meilleure solution reste le cannibalisme : au cours d’une cérémonie liturgique, le corps est dévoré par les membres du clergé, protégés grâce à leur fonction – clergé qui parfois n’attendait pas la mort de la personne pour la libérer du démon…

NB : la Haute Thulé est une région isolée, y compris de nos jours. Durant la Seconde République, l’abondance en minerai aboutit à une industrialisation en masse, au détriment des installations agricoles. Le chaos de la Chute provoqua une interruption brutale des ravitaillements en nourriture, et l’hérésie des Skotophages apparut à l’évêque Nicolas comme étant le seul moyen de survivre à la famine… Des preuves montrent qu’au même moment nombre des victimes croyaient sincèrement à la nécessité du cannibalisme.

Les Nicolatiens parvinrent à instaurer leur culte pendant toute une décennie, après quoi les autorités de la planète décidèrent de remettre les choses en ordre – c’est ainsi qu’ils finirent par avoir vent des rumeurs de cannibalisme. Une vaste armée, dirigée par l’Archevêque de Malignatius, fut chargée d’écraser les Skotophages. Mais si la secte fut démantelée et ses meneurs éliminés, plusieurs fidèles purent se disperser et se cacher dans la population de Malignatius. Quelques années plus tard, ils donnèrent naissance à une version « allégée » du Nicolaïsme, devenue partie intégrante des traditions de Malignatius : les « dévoreurs de péchés ».
Cette variante consiste en une pratique symbolique du cannibalisme des Skotophages. Dès qu’un villageois décède, sa famille prépare deux repas : l’un, frugal, servi aux invités des funérailles, et l’autre, le plus riche possible, placé sur le cercueil ou le corps. Ce dernier repas est réservé au dévoreur de péchés, l’abondance de nourriture représentant la totalité des fautes commises par le mort : en mangeant cette nourriture, le dévoreur se charge de tous les péchés, permettant à l’Ame du mort, enfin délibérée de ce poids, de rejoindre le Pancréateur. Dans certaines régions, le principe est même appliqué aux vivants, le repas étant accompagné d’une notice ou d’un symbole (ex : les cheveux d’un amant adultère sur un gâteau) décrivant la faute.

La charge de dévoreur de péchés est en général héréditaire, remise au premier né. Etant donné sa fonction, le dévoreur est considéré comme étant souillé et corrompu, tenu à l’écart des autres villageois. Néanmoins, un villageois préférera toujours cette alternative à la confession classique, où il devra énoncer ses fautes les unes après les autres, d’autant plus que les prêtres orthodoxes sont toujours des proches membres de la communauté.

Photini & Gulo :

En 4486, l’Amalthéenne et anthropologue Photini Juandaastas vint sur Malignatius afin d’y étudier le phénomène des dévoreurs de péchés. C’est là qu’elle rencontra Frère Gulo, autrefois curé de village, et depuis dévoreur de péchés et psychomancien. Elle découvrit également que Gulo avait développé une voie psychique unique, adaptée à ses fonctions ecclésiastiques.

Frère Gulo devint ainsi la principale source d’informations de Mère Photini, et également son ami (certains disent même amant, bien que la rumeur n’ait jamais été fondée), jusqu’à ce que l’Inquisition mette la main sur Gulo. Son intention première était de clairement montrer que l’Eglise désapprouvait les pratiques des dévoreurs, et Gulo fut choisi au hasard pour servir d’exemple. Mais lorsque leur enquête permit aux Inquisiteurs de découvrir les pouvoirs de Gulo, ce dernier fut aussitôt envoyé au Monastère de St Paulus, sur Luna.

Les Pénitents :

Durant la Seconde République, l’Eglise était parfaitement consciente de l’existence de pouvoirs psychiques, mais elle ne s’en formalisait pas pour autant. En réalité, il existait même un ordre mineur (l’Ordre de St Paulus et de St Horace) composé d’ecclésiastiques psychomanciens. Leur symbole représentait un œil au sein d’une Traverse – d’après certaines rumeurs, l’ordre aurait même été lié à Doramos, le Façonneur des Mondes…

Puis avec la Chute, la réputation des psychomanciens fut mise à mal, au même titre que celle des sciences. En 4047, l’Inquisition obtint des preuves que le Frère Nicholai Maccavel, responsable en second de l’Ordre, tenta de dominer mentalement le Patriarche en vue de prendre le contrôle de l’Eglise. Aussitôt, les biens de l’Ordre furent confisqués, ses archives détruites et ses membres arrêtés. Le monastère fut transformé en camp de concentration où serait envoyé tout psychomancien démasqué par l’Eglise (du moins, ceux qui n’auraient aucune protection au sein de la noblesse ou des guildes…). Jusqu’au jour où Frère Gulo y fut détenu.

Si Mère Photini ne disposait d’aucun moyen de pression sur l’Inquisition, elle avait néanmoins certains contacts auprès des conseillers du Patriarche, ce qui lui permit d’obtenir une entrevue avec ce dernier, durant laquelle elle expliqua à ce dernier la portée des pouvoirs de Gulo. Heureusement pour elle, le Patriarche fit montre de pragmatisme et se révéla intéressé par un changement des relations entre les psychomanciens et l’Eglise – puisque la noblesse et la Ligue profitaient amplement de cet outil, pourquoi pas l’Eglise, après tout… Ainsi, le Patriarche ordonna le remplacement de l’Abbé Avestite en place, tandis que Mère Photini était nommée bras droit du nouvel Abbé : avec l’aide de Gulo, elle entreprit un long travail afin de remodeler les psychomanciens – l’Ordre des Pénitents était né.

Aujourd’hui…

Le monastère de St Paulus reste le centre des activités des Pénitents, même si le Patriarche a permis l’ouverture d’autres sites sur les planètes les plus peuplées des Mondes Connus (Byzantium Secundus, Criticorum, Ligueheim). Chaque site dispose d’une petite communauté permanente, dirigée par un prêtre Pénitent, qui n’a de comptes à rendre qu’à l’Archevêque planétaire. Ils servent de lieu de résidence aux Pénitents itinérants ainsi qu’aux nouvelles recrues, jusqu’à ce qu’elles puissent être envoyées à la Maison Mère en vue de leur entraînement.

L’école psychique du « Seelewerk », bientôt dénommée « Voie de l’Ame », forme la pierre angulaire de la discipline des Pénitents. Même si tous les Pénitents ne sont pas formés à la Voie, ils y sont fortement encouragés, d’autant plus que les non-initiés se voient rarement ordonnés prêtres. Régulièrement (une fois par an pour les psychomanciens les plus loyaux), chaque Pénitent doit passer un examen où sa conscience et sa Pulsion sont passées au crible par des maîtres de la Voie et de la Psyché. Dans le cas de l’Abbé de St Paul et de l’Evêque d’Atlantis (l’unique évêque psychomancien toléré, conseiller auprès du Patriarche), l’examen est réalisé par un ensemble de prêtres Pénitents en coordination avec le Synode Inquisitorial et les Kalinthi.
L’engagement du Pénitent stipule que son esprit appartient à l’Eglise, de ce fait il doit accepter que n’importe quel supérieur puisse employer des pouvoirs de Voie de l’Ame ou de Psyché à tout moment sur sa conscience. Une enquête peut être déclenchée par tout Orthodoxe du rang de prêtre ou plus – cependant des abus peuvent être dénoncés auprès des autorités.
A noter que l’une des plus grandes craintes de certains membres de la vieille garde (dont l’actuel Patriarche) serait une alliance entre les Pénitents et les Eskatoniques. Tout contact entre ces deux sectes est soigneusement surveillé, et tout Pénitent suspecté de déviance se voit interdit de voyager, détenu à St Paul jusqu’à ce qu’il retrouve un point de vue plus conforme à la pensée orthodoxe.

Les techniques de l’Ame :

La Voie est principalement basée sur le contrôle et la manipulation du mental de l’individu, notamment de ceux dotés de pouvoirs occultes. La spécificité de cette école psychique est gardée soigneusement secrète, restreinte aux Pénitents et à la plus haute hiérarchie de l’Eglise. Les dirigeants de l’Orthodoxie sont persuadés que l’usage de la Voie et de la Psyché leur permet de conserver le contrôle des Pénitents, et jusqu’à présent rien n’est venu les contredire.

Cependant, les effets de certains pouvoirs sont tels que s’ils devaient jamais devenir communs, l’Eglise ne pourrait résister à la pression aussi bien des psychomanciens que de ses propres théurges, perdant ainsi tout avantage qu’elle tirait des Pénitents…
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Sujets similaires

-

La date/heure actuelle est Dim 18 Nov - 3:37